Petit usager de la banque, Courage, fuyons

Petit usager de la banque,

CES BANQUES QUI VOUS PLUMES

si vous vous trouvez en alerte orange face à votre banque avant de tomber dans le rouge, d’être grillée, ou menue chair à pâtée, prenez garde car vous serez happé dans un gouffre, attiré vers ces abîmes où  un gros croquemitaine aux dents crochues vous attend avec impatience pour dévorer vos restes.

Considérant qu’elles s’érigent en sauveuses, elles vous noient dans des intérêts tels que vous êtes destiné à sombrer. Encore faut-il être mis au courant personnellement de leur montant car rien de plus mystérieux que le langage du banquier.

petit usage de la banque Titanic ta banque

Titanic ta banque
Un dessin vaut mieux qu’un long discours (droits réservés : plein d’autres sur http://fr.news.yahoo.com/fc/cartoon/cartoons.html) 

Petit usager de la banque; Courage, fuyons

Sylvie, une citoyenne, fonctionnaire accomplie s’est vue embarquée dans une véritable saga, victime de sa confiance. De ce fait, son compte bancaire lui-même a subi d’étranges fluctuations et quelques interventions secrètes .Selon le cours de la Bourse ou des bourses des grands financiers de ce monde ? En tous cas, c’est vous qui déboursez !

Suite à la vente d’un bien immobilier qu’elle possédait en communauté avec son ex conjoint, lasse de déménager d’habitations multiples et hasardeuses, elle décide d’acquérir une demeure plus stable : une maison de son gré qui nécessitait, toutefois quelques petits travaux de rénovation. Elle s’adresse donc à sa banque, le crédit agricole, à l’époque. Reçue à bras ouverts par un aimable conseiller financier, il lui propose de contracter un prêt relais avec bien entendu un petit placement de 40000 EUROS sur un compte X car les jours de vache maigre ; ça peut servir ! Alléchée par la proposition, elle acquiesce.

Petit usager de la banque; Premier parcours de la combattante

Remplir un dossier avec tous justificatifs et preuves à l’appui, envoyé au dieu suprême : la Direction où, Zeus le roi des rois règne au sommet de l’Olympe, le grand décideur .Celui ci, maître à bord est entouré d’une série de serviteurs, tous à son sein vouées : les agences. Il veille sur ses ouailles avec un œil rapace, vérifiant que les nouveaux usagers soient pourvus et peu importe s’ils sont pris au dépourvu, dans l’ignorance  des frais qui leur sont prélevés automatiquement (code « truc », assurance carte, chéquier, intervention commission…etc). Mais tout ça alimente les fonds cachés .Ainsi, Sylvie, réjouie par la réponse positive de sa requête, peut donc acheter la maison de ses rêves. Hélas, le temps ne suspend pas son vol ni les intérêts et le délai du prêt expire. Elle tente de joindre son conseiller financier, au courant de son histoire personnelle .Pas de chance, celui-ci est en congé et au mois de juillet, le va et vient du personnel est incessant .Malgré ses relances, aucun interlocuteur ne peut lui répondre ; la direction reste muette. De ce fait, inquiète, pressentant quelque anguille sous roche, Sylvie exige le virement immédiat des 40000 EUROS sur son compte courant.

« Impossible, c’est un compte X » lui répond le directeur d’agence. Désarçonnée, elle attend le retour de son conseiller, toujours à son écoute .Soupir de soulagement, il va remédier à son problème : « vous pourrez disposer de la somme ».Détendue, elle règle quelques factures pour les travaux engagés. Trois jours s’écoulent : coup de téléphone surprise du Directeur. « Stop, ne faites plus aucun chèque, votre compte est à moins 34000 EUROS ».Clouée sur place, incrédule, elle demande des explications « vous ne pourrez  pas récupérer cette somme, elle est sous caution de votre prêt. » Lorsqu’elle désire reprendre contact avec son conseiller, stupéfaction ! Il est soit disant hors service pour maladie. Ce dernier, certainement trop à l’écoute de ses clients, faisant du social ou de l’humanitaire n’avait plus sa place parmi les requins. Donc, bilan de ces 30 années de service à la banque : il a été prié de rejoindre ses pénates sans tambours ni trompettes. Un nouveau louveteau a pris la relève, frais et moulu, nommé par un grand Chef pour opérer avec efficacité, dents et griffes tout acérées. Très chic, cravaté, costumé, il reçoit sa cliente avec mansuétude, grand sourire d’opérette, la dévisageant tout en évaluant déjà les agios qu’il pourrait en retirer : cliente intéressante, à découvert et sur un compte X, bientôt mise à nue. Opération très rapide et réussie qui a du subjuguer la direction, car les agios sont tombés comme du plomb .Le sang de Sylvie ne fait qu’un tour et de guerre lasse, mais déterminée,  elle rédige un  courrier au ministre de l’époque et autres personnalités, dénonçant les manœuvres corrosives sur son compte et envoie la copie à Zeus. Sans réponse pour la prolongation de son prêt, elle contacte, par l’intermédiaire d’une de ses amies une autre banque : la banque populaire, plus proche du peuple pour mieux le servir !

Petit usager de la banque; De Charybde en Scylla

Elle est agréablement accueillie par une jeune femme charmante à qui elle expose son cas et demande la possibilité d’une reprise du prêt relais racheté au crédit agricole .Un nouveau dossier est mis en route en direction des hautes sphères avec les garanties nécessaires, et la clause d’obtenir la somme de sa liquidation de communauté, somme assez conséquente, qui couvrait largement la dette. Tout se passe au mieux et une bonne surprise l’attendait : Le Zeus du Crédit  agricole lui envoie une petite récompense avec des excuses plates «Avec tous nos regrets, nous avons l’honneur de vous rembourser vos agios : ci-joint, un chèque de 580 EUROS ». Tombée des nues, quelle n’est pas sa joie lorsque son compte a récupéré les 40000 Euros et que la Banque Populaire donne le feu vert pour son prêt. Vraiment, cette banque a accompli un miracle !

De courte durée, car Sylvie traînait un boulet : sa procédure en divorce, enclenchée en 1992 restait toujours d’actualité (son ex adorant jouer les prolongations). Le prêt a été amorcé en 2008 et la liquidation de sa communauté était repoussée aux environs de juin 2012 ! De ce fait, bilan des intérêts: 35365 EUROS ! Une paille. Sylvie affirme : « Je devais avoir des remises suite à la longueur de la procédure, justifiée par un décret du ministère de l’Economie et des Finances en ces termes « les banques ont pris l’engagement de n’appliquer aucune pénalité au client dont la durée initiale du prêt relais serait allongée …Bla bla bla bla. « Je n’en ai vu la couleur ! » dit-elle « On vous l’a fait » a déclaré le nouveau conseiller financier, l’exécutant, tiraillé entre Hermès, le directeur délégué de Zeus et son client. «  AH et quelle somme ? »Mystère et vous devez avaler des couleuvres une fois de plus.

Découvrez la Suite de l’histoire sur cette page:

http://a-vos-plumes.com/ces-banques-qui-vous-plument

Il ne les emportera pas au paradis.

Petit usager de la banque de Sylvie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*