Rives du lac Titicaca Evadez-vous

Rives du lac Titicaca  Evadez-vous

Rives du lac Titicaca

Rives du lac Titicaca  Evadez-vous, Evadez-vous vers une destination exceptionnelle et venez partager quelques instants la vie de ces tribus ancestrales qui vivent sur les bords du lac Titicaca

Un lieu légendaire .Entre Pérou et Bolivie, le lac de la cordillère des Andes attire des voyageurs du monde entier qui viennent visiter ses iles. Après avoir grimpé au Machu Picchu, Sylvie , jeune baroudeuse, accompagnée d’un groupe de onze  participants,   fait une halte auprès du lac à la découverte de ses habitants.

 Rives du lac Titicaca  Evadez-vous

Chez les UROS .

L’embarquement a lieu à Puno, la ville folklorique du Pérou. Trois heures de navigation pour aborder  l’ile UROS .Un premier choc en découvrant le lac : une immensité bleue, où le ciel se reflète sur l’eau. Le guide Mario, franco espagnol est intarissable : «  Titicaca signifie puma de pierre en relation avec les pumas qui auraient été noyés et transformés en pierre .Au temps des Incas, les indigènes auraient établi la capitale à Cusco (en quechua : le nombril du monde) On dit que le soleil se lève au lac Titicaca et se couche à Cusco. La route qui sépare ces deux endroits s’appelle la  Ruta del sol »Sur les rives, vivent les descendants de l’ethnie Uros : L’ile la plus visitée en raison du roseau magique du lac: le totora. A L’arrivée, Le sourire des habitants nous  accueille et nous sommes  priés de nous assoir sur les bancs en totora. Le chef de l’ile  explique leur manière de construire ces iles flottantes : une quarantaine faite de roseaux sur lesquelles vivent 2000 habitants. «  Ici, tout est en totora, déclare-t-il, les bateaux, les maisons, l’école. On le cuisine, on le déguste, c’est notre  dentifrice ! Les iles sont construites de couches de ce roseau, elles se décomposent et avec les racines qui prolifèrent permettent à l’ile de flotter. Des poteaux en bois d’eucalyptus sont plantés dans le fond du lac ; des cordes retiennent l’ensemble pour éviter que l’ile dérive. Il faut refaire la couche de totora plusieurs fois par an. » On avait l’impression qu’il connaissait son texte par cœur. Après, nous avons pris le taxi de l’ile, une barque dont la proue ressemble à une tête de dragon pour 10 soles ; un festin suivait à base de quinoa puis quelques danses folkloriques. Avec trois des voyageurs, nous avons pu passer la nuit dans l’une des cabanes: pas un bruit si ce n’est le léger clapotis de l’eau, le gazouillis de quelques oiseaux et le croassement de la grenouille géante (elle peut atteindre 3 kilos) Quelle humidité, on la ressent partout malgré les couvertures et le bonnet de nuit ! Pas étonnant : la rive péruvienne a été classée par la convention internationale de Ramsa « zone humide » protégée, surtout en matière d’habitat des oiseaux aquatiques

Rives du lac Titicaca  Evadez-vous

Amantani

Le lendemain, départ vers  l’ile Amantani : le bout du monde. Au cours du trajet, les yeux s’imprègnent de ses teintes azurées du ciel sur l’eau. Ici, le dépaysement est total ; pas de voiture, ni de restaurant. Chaque touriste ou groupe est placé dans une famille ; cette ile de 3700 habitants est répartie en huit communautés. «  Anita et Julio son mari m’ont accueillie timidement. La pension était de vingt soles soit  trois euros. Un chullo, le châle en alpaga fait main représente un mois de salaire. » Déclare Sylvie. Au menu : quinoa, pomme de terre, carotte, riz avec comme boisson le thé de mina (menthe andine, reconnue pour ses bienfaits). Après ce festin, pour atteindre le centre du village, 500 marches à monter vers le temple de Pachamama, au sommet de l’ile, à 4000 M d’altitude ! Cardiaques ou atteints du soroche s’abstenir. En ce lieu sont effectuées des cérémonies et offrandes en l’honneur de la Terre mère. En redescendant, on embrasse les cultures en terrasse et croise des locaux revenus des champs, tous en costume traditionnel ultra coloré, les hommes coiffés d’un chapeau à quatre bords décoré  de deux pompons .On cultive la pomme de terre, le maïs, le quinoa, les petits pois. Le soir, après le coucher du soleil, la lune reflétait ses rayons orangés, spectacle époustouflant qui a permis de mieux digérer le souper au gout de  cramé, pas très appétissant ! Puis a suivi un spectacle traditionnel organisé pour les touristes .

Rives du lac Titicaca  Evadez-vous

Taquile

Dernière étape, l’ile de Taquile, située juste en face d’Amantani. Uniquement quelques heures pour la visiter. Le soleil est au rendez-vous. Du port au village, une montée s’impose ; les yeux comme un kaléidoscope scrutent le lac  avec les montagnes autour, dont certaines cimes sont enneigées. Là, vous  découvrez la cantula, la fleur nationale du Pérou et de la Bolivie  .Un lieu unique : la place centrale de l’ile, les maisons sont en pierre, l’intérieur très rustique. Au centre,une fabrique de textile confectionnée par des hommes, très fiers, convaincus que leur produit est supérieur à ceux réalisés par les femmes : le machisme ambiant reconnu !Cette communauté fonctionne sur le collectivisme ; il est interdit de se marier à l’extérieur et pas de divorce. L’ile a su conserver toute son authenticité.

D’autres iles à découvrir avec leur singularité, coté bolivien. Les touristes affluent toujours plus nombreux mais le lac est victime d’une pollution et d’un asséchement en bordure : plusieurs espèces de poissons ont disparu, les riverains ne peuvent plus vivre de leur pêche .Le Pérou et la Bolivie ont dû prendre des mesures .Mais  venir vivre le quotidien de ces peuplades représente une expérience insolite, hors du temps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*