la plus petite de l’archipel des Mascareignes

la plus petite de l’archipel des Mascareignes « Rodrigues »

 

la plus petite de l’archipel des Mascareignes « Rodrigues », Amoureux de la nature, de randonnées, vous allez adorer cette île, la plus petite de l’archipel des Mascareignes :

un caillou bleu installé dans un paysage de carte postale.

 

 

Connaissez-vous l’ile Rodrigues ? Ce petit paradis encore préservé se situe au cœur de l’océan indien, à près de 600 kilomètres à l’est de l’ile Maurice, à laquelle elle est administrativement rattachée. Du fait de son isolement, et malgré de forts potentiels hydroélectriques, éoliens et solaires, la petite île dépend quasi exclusivement des énergies fossiles pour sa production d’électricité, à l’exception notable de trois éoliennes Vergnet de 60 kW et de 15 kW de panneaux photovoltaïques raccordés au réseau.

 

En plein océan indien avec ses 200 km de lagon, ses plages de sable fin, ses criques turquoise, ses vallées, ses grottes et ses montagnes, vous serez saisi par l’île pittoresque de Rodrigues.

 

Randonnées

Dès votre arrivée, avant de partir à la découverte de nombreuses activités, rendez-vous au marché de Port Mathurin où règne une grande effervescence. Et que de chapeaux sur chaque stand ! Les Rodriguais, toujours souriants, vous les feront essayer dans la bonne humeur ainsi que d’autres objets en vannerie confectionnés à partir du pandanus, l’arbre présent partout. Une auberge porte ce nom. Le directeur, un enseignant natif de Rodrigues, est très fier de vous conter l’histoire de ce paradis intouché. Il est recommandé de vous munir de bonnes chaussures car l’île d’origine volcanique est très vallonnée. Commencez par une traversée du nord vers le sud, de l’anse aux Anglais à Port sud-est ; vous découvrez la culture de Rodrigues, sa faune, sa flore et les habitants. À l’anse aux Anglais, village touristique, se situe la plupart des gîtes et tables d’hôtes. On monte vers Mont Limon point culminant, une grande partie du sentier a été restaurée avec des plantes endémiques. Puis en descendant vers le sud, vous admirez les pailles en queue à brin rouge qui survolent les vallées. Poursuivez par le sentier trou d’argent vers la côte est où vous trouverez les belles plages comme celle de Saint-François et des criques impressionnantes

 

Curiosités

Parfois, au long de votre promenade, vous rencontrerez des enfants qui se font un plaisir d’être votre guide. Rojan, jeune garçon de huit ans, le regard malicieux, est à lui seul l’Office du tourisme : « Il faut aller voir les tortues, la caverne Patate, les oiseaux, visiter le jardin botanique, pour se loger l’hôtel Mourouk c’est super, il y a des danses le soir ! Ici, ajoute-t-il, les femmes ont le cancer du sein ! » Intarissable sur l’école, la religion, 95 % de la population est chrétienne. Une église en plein air, où sont célébrés les offices, surplombe la ville et offre une vue splendide sur Port Mathurin. Si vous aimez le miel, prenez votre sac à dos pour y rencontrer l’apiculteur, il vous montrera sa façon de faire et vous offrira une petite dégustation. Sur le chemin, vous visiterez la réserve de tortues géantes du centre François Leguat à l’anse Quitor : vivez une expérience unique en vous promenant parmi elles. Elles étaient autrefois des centaines de milliers mais beaucoup ont disparu après un siècle d’exploitation humaine. La caverne Patate, au sud-ouest de l’île, est la plus longue de Rodrigues et Maurice avec 1 040 mètres de galeries, elle est équipée de lumières, de passerelles à main courante, ses stalactites et stalagmites sont impressionnantes. Des visites guidées dans la grande montagne vous conduiront dans une des dernières forêts endémiques ; la chauve-souris, la roussette dorée est l’unique mammifère indigène de l’île.

Évadez-vous vers le jardin botanique des cinq sens dans un cadre verdoyant où vous pourrez voir, entendre, sentir, toucher, goûter, arbres fruitiers, plantes aromatiques, médicinales et fleurs. Après ces senteurs, une halte gourmande dans une auberge de votre choix s’impose pour savourer la salade de cono cono, un gros coquillage aux vertus aphrodisiaques, selon les dires populaires, ou la salade d’ourite, une poulpe, ou la rougaille de poisson, ou encore la daube de bœuf au curry sur son lit de maïs, accompagnée de haricots rouges, assaisonnée du redoutable piment de Rodrigues ; en dessert, la tourte au coco ou la mousse à la banane ! Que des bonnes choses et un havre de paix. Ici, pas un papier, pas de cadavres de bouteilles, d’ordures le long des sentiers. De jolies petites boites peintes en bleu font office de poubelles. Les Rodriguais sont fiers de la réputation de leur joyau. Ils mettent tout en œuvre pour protéger la flore et maintenir l’écosystème naturel originel de l’île.

Pour terminer votre séjour, une incontournable attraction : partez en pirogue vers l’île aux cocos, une magnifique réserve naturelle pour les oiseaux marins.

Rodrigues, nous te saluons !

Élisabeth Cadilhon-Gillon

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*