Torfou

CORFOU

Rendez-vous dans la ville de Corfou, destination de rêve pour les amateurs d’art et d’histoire, souvenir le plus marquant de tous les visiteurs de l’ile.

Vous serez accueilli par des visages rieurs, amicaux, les  yeux éblouis face à la beauté des sites de cette ville fortifiée depuis l’antiquité, Aujourd’hui encerclée par les châteaux construits par les Corfiotes de l’antiquité et les Byzantins puis achevés par de nombreux envahisseurs.  

Corfou, la vieille,

Vous pouvez passer des heures à flâner dans les rues pavées, admirant ces maisons anciennes rapprochées bâties en amphithéâtre. Vous succomberez au charme d’une petite place, ornée en son centre d’une fontaine vénitienne ou d’une église. Des cours, des escaliers des bâtiments en pierre se succèdent et la mer surgit entre les maisons . Quel spectacle attendrissant d’observer les femmes à leur fenêtres étendant leur linge, bavardant d’une maison à l’autre. Ici, un petit café ombragé, où il fait bon se désaltérer sous la chaleur estivale. Le serveur Perisko s’exclame : «  j’habite ici dans une vieille maison où ont vécu mes ancêtres et je ne quitterai jamais cette maison familiale ! »Les jeunes générations partagent les vieilles demeures de leurs ainés.

Vous arriverez à la grande place de l’Esplanade, rendez-vous des Corfiotes, avec un joli parc surmonté d’une estrade destinée aux orchestres, où se déroule le festival international de musique .A proximité, un terrain de cricket, témoigne de l’occupation anglaise. Puis la place de Pentofanaro où le samedi saint a lieu le lancer de cruches. Voici l’un des plus prestigieux édifices de la ville : galerie surmontée d’arcades avec bistrots et restaurants : le célèbre Liston construit selon les plans de l’ingénieur Ferdinand de Lesseps. Un bourdonnement incessant ! Vous  escaladerez l’ancienne citadelle formée par la colline fortifiée sur laquelle est construite Corfou. Quelle vue extraordinaire du haut de cet édifice qui surplombe la mer ! En face de la forteresse se dresse l’imposante statue du général Schulenberg, défenseur de Corfou face aux Turcs.

La nouvelle citadelle

. La nouvelle citadelle détruite par les bombardements de la seconde guerre mondiale constituait l’entrée principale pour ceux qui venaient de la mer  Que d’églises à Corfou dont la célèbre église d’Aghios Spyridanos; les corfiotes sont habités par un profond sentiment religieux ; qui se traduit par la vénération de Saint Spyridon qui fut le protecteur, sauvant l’ile de la peste et des turcs. En souvenir de ses interventions miraculeuses, une procession a lieu quatre fois par an, accompagnée d’orchestres venant de l’ile entière. Vous ne pourrez quitter Corfou sans vous rendre à la presqu’ile de Kanoni , un des sites les plus idylliques de l’ile qui inspire autant d’artistes locaux ;Ce petit morceau de terre, visage enchanteur , l’emblème le plus caractéristique de Corfou correspond au navire d’Ulysse pétrifié par Poséidon comme le raconte Homère dans l’Odyssée.

Réjouissances

Errer dans les ruelles reste un insatiable plaisir ; des chaises et tables dressées çà et là d’un petit restaurant  vous invitent à déguster outre la salade feta et la moussaka des spécialités comme la patstitsada , le plat populaire , le coq farci à l’ail, le savouro :petits poissons marinés accompagnés de vins locaux .En apéritif ou en digestif l’ouzo cette boisson anisée ravira vos papilles mais attention , très alcoolisée. Dans les boutiques un nombre incalculable d’objets d’art populaires vous attendent et de l’huile d’olive, à profusion, des produits de soin pour peau et corps, y compris du maquillage. Que d’animations culturelles : des danses folkloriques en couple où les corfiotes portent avec orgueil les costumes locaux. Vous ne pourrez quitter l’ile sans vous rendre à l’Achilléion, joyau unique, refuge de l’impératrice Sissi qui vouait une passion à la mythologie grecque et son amour envers le combattant de la guerre de TROIE Achille

Encore des musées, des théâtres, des richesses architecturales, des espaces représentant la mémoire de l’ile qui foisonnent qui restent à découvrir et demandent à y revenir !

C’est fou !

Elisabeth Cadilhon

Répondre à Robertkaw Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*